Horloge interne : Passer deux mois dans le noir absolu

Temps de lecture : 3 minutes

Aujourd’hui nous vous racontons l’incroyable histoire de Michel Siffre. Cet explorateur et géologue français a vécu plusieurs mois dans l’obscurité la plus totale et sans aucun repère de temps.

Merci à Monty Allen pour la photographie 🙏🏼

Une expédition en solitaire

Le 17 juillet 1962, Michel Siffre se lance dans une expédition de 3 jours pour plonger au coeur d’un glacier. Il creuse dans les profondeurs du gouffre de Scarasson, dans les Alpes. Il a précédemment étudié ce glacier, mais cette fois il y installe un campement à plus de 100 mètres sous terre pour y rester plusieurs semaines.

Michel Siffre est dépourvu de tout repère temporel. Pas un rayon de soleil ne sait lui indiquer le jour ou la nuit. Il dispose pour seul moyen de communication une radio qui lui permet d’informer une équipe en surface des moments où il se nourrit et où il dort. Cette équipe, elle non plus, ne lui donne aucune indication sur le temps qui passe. Elle est chargée de veiller à sa sécurité, de reporter les horaires de coucher et d’alimentation de l’explorateur. Et c’est elle qui devra le prévenir de la fin de l’expérience prévue deux mois plus tard.

Photo de Adam Bixby, merci !

Horloge interne ou cycle circadien

La démarche scientifique entreprise ici est l’analyse de l’impact de l’obscurité, de la solitude et du froid sur le corps mais aussi l’analyse du cycle circadien. Le cycle circadien dénomme le phénomène de l’alternance entre les phases d’éveille et de sommeil que connaissent les humains ainsi que la plupart des organismes vivants. Autrement dit, il s’agit de notre d’horloge interne. Nous vous en avons parlé dans un précédent article.

Michel Siffre, vit désormais dans un campement étroit, dans un air à moins de 3 degrés et avec un taux d’humidité à plus de 95%. Il est très vite diminué par ces conditions extrêmes. Durant son isolement il décrit son expérience cauchemardesque qui publiera dans le livre Hors du temps (Poche, 1971).

Le 12 septembre lorsque son équipe le prévient de la fin de l’expérience, Michel Siffre pense qu’il est le 20 août. Bien que différent chez chaque individu, le cycle circadien est en moyenne d’une durée totale de 24h30. Ainsi, chaque jour, son horloge interne décalait ses journées de 30 minutes. Egalement, étant dépourvu de tout repère de temps, alors qu’il pensait parfois faire de simples siestes, Michel Siffre faisait en réalité des nuits complètes.

Le phénomène de perte de notion du temps lorsque l’on dort est très fréquente. C’est par ce phénomène que nous avons parfois la sensation de pas avoir dormi de la nuit, alors qu’en réalité nous nous sommes simplement réveillés plusieurs fois et n’avons pas été conscients des moments où nous avons réellement dormi.

Grotte de la Clamouse dans l’Herault (Source : Wikipedia)

Michel Siffre n’arrête pas ses recherches ici. En 1972, grâce à des financements de la NASA, il redescend pour une expérimentation de 205 jours dans une grotte au Texas. Puis, de nouveau en 1999, pour une isolation de 69 jours dans une galerie d’une grotte dans l’Herault.

Avec le CNRS, il supervisera également l’excursion de Véronique Le Guen, qui expérimentera 111 jours d’isolement dans les mêmes conditions. Bien qu’aucun lien de causalité n’ait pu être établi avec l’expérience, la spéléologue française se donnera la mort 14 mois après sa sortie. Ceci intervient après la publication de son livre Seule au fond du gouffre (Arthaud, 1989).

Merci à Jared Rice pour ce rayon de soleil.

Allez, on ne vous laisse pas sur ça. Un conseil pour être en forme ? Dormir dans le noir complet avec des rideaux bien fermés et profitez de la lumière du soleil en journée ! ☀️

Source : Le Monde, Wikipedia, Unsplash.